Se faire un tatouage renard, voici la signification

12
Partager :

Le renard est très répandu dans l’univers du tatouage. Il s’adapte aux différents styles et se place à n’importe quelle partie du corps. On associe le renard à la ruse, à la flatterie, au mensonge. Dans les pays asiatiques, le renard est souvent relié à une personnalité double. La signification va dépendre de l’interprétation du symbole, ruse ou tromperie ou bienveillance ?

Un animal totem à se faire tatouer

Il peut représenter la ruse et c’est un élément qui va vous aider à surmonter les obstacles rencontrés. Cette ruse pourrait aussi symboliser la sagesse et l’intelligence d’un maître rusé. Vous pouvez aussi le relier au symbole du renard de Teumesse. Cette créature insaisissable qui pourrait montrer votre capacité à éviter les situations délicates. Le renard est malin et il sait parfaitement se métamorphoser pour se sortir de situations inexplicables. Il obtient en général ce que bon lui semble. Le tatouage renard convient idéalement à une personne qui est stratège et munie d’une certaine intelligence.

A voir aussi : Le dépôt-vente de luxe : la nouvelle tendance

À quoi vous fait penser le renard ?

Dans le folklore européen, le renard symbolise la furtivité, la ruse et la timidité. Le renard rouge quant à lui est davantage relié à la performance sexuelle et il représente des valeurs de vitalité, d’énergie et de santé. Le renard a la réputation d’être un animal redoutable, un arnaqueur dans bien des cultures. Il est aussi connu pour sa grande sagesse, sa force de caractère, son mental de combattant et sa capacité à maîtriser les esprits. L’image du renard est donc riche en significations historiques, culturelles et spirituelles. Le renard vous encourage à développer votre créativité et à voir la nature sous un autre jour. Le renard comme le loup sont des animaux qui sont aujourd’hui très représentés dans l’univers du tatouage. En choisissant le renard, vous montrez peut-être votre ruse sous-jacente.

A lire également : Choisir un fer à friser… pas si facile

Partager :