Après avoir connu un désamour de la part des Français, la friperie se réinvente grâce à Once Again. Clairement orientée mode, cette enseigne se veut également parfaitement en adéquation avec les préoccupations des consommateurs en matière de respect de l’environnement.
Quel est le concept de cette friperie en ligne pour femme et pour homme ? Que peut-on y trouver ? En quoi est-ce que cela s’inscrit dans une démarche zéro déchet ?

Une friperie en ligne, mais surtout de nombreuses bonnes affaires

Un pull Cache Cache pour moins de 7 euros, un pantalon Naf Naf à moins de 6 euros, non, ce ne sont pas les soldes, mais les prix proposés pratiqués toute l’année par Once Again. Il faut dire que cette enseigne n’est pas une boutique comme les autres, mais une friperie nouvelle génération. Le plus gros de son catalogue est donc d’occasion.

A lire aussi : Trois chaussures « old school » qui reviennent à la mode

Du prêt-à-porter récent et en bon état

S’inspirant de la friperie, Once Again dépoussière sérieusement le principe. Tout d’abord, tout se passe en ligne. Si vous avez des vêtements, sacs à main et autres accessoires de mode à vendre, ceux-ci sont les bienvenus. Toutefois, ils doivent remplir plusieurs conditions :

  • des articles récents : l’un des critères clefs de la sélection des produits que proposent Once Again, c’est le fait qu’ils soient tous récents. Ainsi, ne sont sélectionnés que les hauts, les pulls, les robes ou les pantalons issus de collections de moins de cinq ans ;
  • des articles tous en bon état : acheter des vêtements de seconde main, c’est bien, mais s’ils sont en bon état, c’est mieux. Tous les articles disponibles en ligne sont minutieusement inspectés. Seuls ceux qui sont en très bon état sont mis sur le site. Cela signifie qu’ils ne présentent ni trou, ni tâche, ni décoloration. Tout y est fonctionnel (fermeture éclair par exemple) et aucun manque n’est à constater ;
  • des marques avant tout : tant qu’à acheter une veste ou une chemise d’occasion, autant qu’elles soient de grande marque et de qualité. C’est pourquoi cette friperie privilégie un certain nombre de marques de renom comme Lacoste, Promod, Caroll, Pull and Bear, Cop Copine, Miss Captain, One Step ou encore Zara pour les femmes. Pour ces messieurs, citons par exemple Celio, Brice, Olly Gan, Lee Cooper, Teddy Smith, Hugo Boss ou encore Adidas.

Pourquoi est-ce intéressant ?

Que l’on soit un homme ou une femme, tout l’intérêt de cette friperie en ligne, c’est bien évidemment de pouvoir s’habiller pour pas cher. C’est d’autant plus intéressant si vous aimez avoir une garde-robe bien fournie car se vêtir en achetant du neuf coûte cher, très cher même si vous optez pour des marques.

A voir aussi : Bien porter la veste reste indispensable

Prenons l’exemple de Desigual. Avant l’hiver, si vous souhaitez vous acheter un manteau griffé Desigual, il faut prévoir un budget d’au moins 150 euros. Bien évidemment, si vous n’avez pas envie de débourser une telle somme, vous pouvez toujours attendre les soldes d’hiver en croisant les doigts. En effet, rien ne vous garantit que vous trouverez votre taille le moment venu. En outre, même avec une remise de 50%, il vous faudra toujours débourser au moins 80 euros. Chez Once Again, vous en trouverez facilement dès 45 ou 49 euros. Avec le même budget, vous pouvez donc en plus vous offrir une belle robe Desigual.

Enfin, plus que le prix, il est impossible de deviner que la jupe, le pantalon ou le blouson que vous portez sont d’occasion car seuls les articles en excellent état sont proposés.

Des achats éco-responsables

Outre cette dimension économique qui n’est évidemment pas négligeable, opter pour du prêt-à-porter, des sacs à main ou des accessoires de mode de seconde main contribue à réduire votre empreinte écologique.

Pourquoi l’industrie du textile est-elle si polluante ?

En effet, même si bien des consommateurs ne le soupçonnent pas, l’industrie du textile est la deuxième plus polluante au monde, juste derrière celle du pétrole.

En effet, pour produire les 100 milliards de vêtements qui sont vendus tous les ans aux quatre coins du monde, il faut beaucoup de matières premières. Ces dernières peuvent-être d’origine pétrochimique comme le polyester ou le lycra par exemple ou d’origine naturelle. Quand elles sont produites à partir de pétrole, il n’est pas nécessaire d’expliquer en quoi elles sont polluantes.

En revanche, en ce qui concerne le coton ou le lin par exemple, c’est plus difficile à comprendre de prime abord. Pourtant, la production de ces matières premières se fait presque toujours sans tenir compte de l’impact environnemental. Outre des pratiques agricoles intensives qui épuisent les sols, le coton et le lin sont produits dans des pays où les normes environnementales sont souvent inexistantes ou pas appliquées. De fait, pour obtenir de meilleurs rendements, les cultures sont littéralement aspergées d’engrais et de pesticides. En outre, pour produire un kilo de coton, il faut des dizaines de litres d’eau dans des régions où cette ressource manque cruellement aux populations.

Par ailleurs, les vêtements sont généralement confectionnés dans des pays où la manœuvre est peu coûteuse, c’est-à-dire à l’autre bout de la planète. Pour ramener toutes les marchandises dans les pays où ils seront vendus, il faut les transporter sur de très longues distances. Pour gagner du temps, c’est souvent l’avion qui est privilégié, un mode de transport qui contribue grandement au réchauffement climatique.

Once Again, pour diminuer son impact écologique

Pourtant, il est possible de diminuer son impact sur l’environnement en adoptant un certain nombre de pratiques plus respectueuses. S’habiller en privilégiant des vêtements de seconde main fait partie de ces bonnes pratiques qu’il est recommandé d’adopter.

Once Again offre une solution économique et tendance pour toutes les personnes, femmes et hommes, qui ne veulent pas choisir entre être à la mode et des pratiques plus vertueuses. En proposant une sélection de vêtements de qualité, comme neuf et à petit prix, cette friperie nouvelle génération permet de lutter contre l’énorme gaspillage dans le monde du textile.